C'est un endroit magnifique pour être avec des amis
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

La douleur d'une amitiés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Jaina Black
Elève de 1ière année
avatar
Messages : 245
Nationnalité : Anglaise
Baguette : Chêne blanc ~ écaille de sirène
Age rpg : 11
MessageSujet: La douleur d'une amitiés Mer 20 Nov 2013 - 20:38

Sommaire

Bien le bonjours; chers lecteurs ou lectrice ,
Voici mes petits texte sans prétention  
 Aimant les duo que forme Garnier et Sentou 
ainsi que les histoires mêlant l' amitié de Ferrari et Tsamere ,
 je me suis lancé dans l'écriture d'histoire 
qui je l'avoue sont assez sombre Smile
en espérant qu'elle vous plaisent malgré tout !

Possédant un profil Skyblog j'ai écrie quelques textes 

avec des autres membres vous trouverai les liens de leurs profile a chaque fois Wink 
Un petit sommaire pour ne pas perdre le fil 
du plus vieux au plus récent
+ Courage ou folie ? 
mon tout premier OS
autour de Jeremy Ferrari et Arnaud Tsamere

+ Déraison! 
autour de l'amitié liant
Jeremy ferrari et Arnaud Tsamere avec en bonus une double fin

+ L'attente 
autour de l'amitié Cyril Garnier et Guillaume Sentou

+ Le dernier hommage 
os tres special ecrie a 4 main avec il-etait-une-fois-ondar
ame sensible s'abstenir car cet OS est violent

+Un village tranquille  
mon premier OS heureux !

+ Deux moitiés d'une même âme 
Petit participation a un os de love-army
autour du couple Army! 

+En chantant
OS écrie à 4 mains avec love-army
(oui encore mais que voulez vous on travaille bien ensemble hihihi)

+Émeute 
Petit os mêlant le duo Army et GetS 

+ Chute
Petit os Army

Underwater 
petit os Army 







~≈~≈~≈~≈~≈~≈~≈~≈~






Dernière édition par Jaina Black le Mer 20 Nov 2013 - 21:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaina Black
Elève de 1ière année
avatar
Messages : 245
Nationnalité : Anglaise
Baguette : Chêne blanc ~ écaille de sirène
Age rpg : 11
MessageSujet: Re: La douleur d'une amitiés Mer 20 Nov 2013 - 20:49

Courage ou Folie ? 
Les rues sombres et mal famées ,les bars peu recommandables ,l'alcool fort et de mauvaise qualité, se saouler vite et bien, c'était devenu son quotidien, les nuits à passer de bars en bars, cherchant la bagarre avec tous ceux qui le regardaient de travers, lui qui savait si bien utiliser ses mains comme des armes .
Cyril et moi avions bien essayé de le sortir de son cercle vicieux, on avait tout tenté pour Jérémy, nous avions été les seuls à ne pas le lâcher au moment où il avait tellement eu besoin de soutien, on l'avait emmené dans nos familles en province pour qu'il respire, qu'il quitte Paris et ses souvenirs, qu'il se rende compte que la vie continuait malgré l'absence étouffante ....
Mais rien n'y avait fait, de retour dans la capitale, il avait vite repris ses mauvaises habitudes et rien de ce que l'on faisait ne changeait cet état de fait.
Alors on s'est partagé les tâches, Cyril devait veiller sur lui le jour, remplir son frigo, apporter ses bouteilles pour ne pas que les paparazzi ou pire les fans ne le voit complètement ivre en journée et veiller à ce qu'il ne manque pas ses passages télé et ses interviews, moi je devais veiller à le récupérer à la fin de ses soirées de beuveries, payer les cautions et supporter ses pleures, hystériques quand il dessoûlait....
Je sais... Ce n'est pas la bonne solution, ce n'est pas comme ça qu'on l'aidera à s'en sortir mais on fait de notre mieux ... On essaye de le préserver de l'extérieur ....il a besoin de couler mais on essaye d'être là pour ne pas qu'il se noie ... De toute façon tout cela est bientôt fini ...Cyril et moi en avons discuté, ce soir sera le plus dur car cela fait un an qu'il est parti ... Que Tsamere est mort fauché par un camion à la sortie du moulin rouge devant Jérémy et nous.
Une minute avant, il était avec nous à rire et sautiller partout comme à son habitude ... Ça a été si dur .... Moi j'avais Cyril comme ami, nous nous sommes soutenus mutuellement mais Jérémy s'est retrouvé seul.... Plus personne pour partager de grandes discussions sans mot dire, comme Arnaud et lui en avaient l'habitude, j'ai essayé de me mettre à sa place, m'imaginer sans mon grand dadai, Cyril a dû faire pareil car, d'un commun accord, on s'est juré de ne pas l'abandonner ...
Lorsque j'ai reçu le message à 6h du matin, j'ai su que ce serait le jour de trop, qu'on ne pourrait plus rien faire ...
"Guillaume, il n'est pas chez lui....on doit le retrouver ?"
Mon grand était totalement perdu et comptait sur moi pour savoir quoi faire, comme si je le savais ... Un an à ce rythme et nous étions tous les trois tellement fatigués de cette situation..ce serait si simple s'il mou.... Non je ne devais surtout pas aller sur cette voie ! Bien sûr qu'il fallait le retrouver ! C'est maintenant qu'il fallait être là, ne pas le laisser seul, le retrouver et ... et quoi ? Le sauver ? Repartir comme nous le faisions depuis si longtemps? Pendant combien de temps ? Réussira-t-il à survivre à la perte de son meilleur pote? Pourrions-nous le faire nous même?
De toute façon nous n'avions pas le choix alors nous avons retourné toute la ville chacun de notre côté, durant toute la nuit, tous les bars que nous connaissions, toutes les rues sombres et tous les recoins glauques où il pouvait cuver sa cuite mais rien...
Jusqu'à ce que Cyril m'envoie un nouveau texto 
"je l'ai retrouvé.... Il est à l'ancien appart d'Arnaud"
En arrivant je savais déjà .... On le savait tous les deux .... La porte avait été forcée, Cyril assis contre le mur du couloir était blanc comme un linge, il leva la tête en me voyant arrivé et ne put cacher ses larmes, je posa brièvement ma main sur son épaule sans quitter son regard et entra dans l'appartement, je devais le voir de mes propres yeux.
Jérémy était là... Allongé à même le sol... Cyril avait trouvé la force de détacher la corde que notre ami avait utilisé et l'avait recouvert d'une couverture qui traînait encore dans l'appartement abandonné.
Il avait franchi le pas .... Il l'avait fait finalement, il avait mis fin à ce simulacre de vie, je ressorti, appelai la police et m'assis à côté de Cyril sans mot .... On savait tous les deux que cela ne pouvait pas finir autrement ... J'appuyai ma tête contre l'épaule de Cyril et me mis à pleurer tout comme lui.
"J'aurais fait pareil " fut la seule phrase qui perça notre silence.

~≈~≈~≈~≈~≈~≈~≈~≈~






Dernière édition par Jaina Black le Mer 11 Déc 2013 - 8:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaina Black
Elève de 1ière année
avatar
Messages : 245
Nationnalité : Anglaise
Baguette : Chêne blanc ~ écaille de sirène
Age rpg : 11
MessageSujet: Re: La douleur d'une amitiés Mer 20 Nov 2013 - 21:34

Déraison! 
Point de vu de Jeremy

Attendre en coulisse ...sentir le stress monter avant d'être remplacer par un immense bonheur ... Attendre mon entrer en scène annoncer par Arnaud, notre petite dispute tant répéter et si souvent jouer, et cette phrase qu'il lâchera enfin, avant que je prenne mon air vexé et ne change de sujet " toi, ton humour c'est comme un suicide a long terme non? Tu attends qu'un spectateur vienne te tuer à la fin de ton spectacle ? "
On l'a si souvent dit en publique, si souvent répéter, faire semblant d'être des frères ennemis alors que nous sommes les deux personnes les plus complémentaire qui soit.
Je ne sait plus qui a dit cela à notre propos , je croit que c'était Métayer " comme on a deux bras ,deux jambes ,deux yeux !on a besoin des deux sinon ca marche pas " ,il n'a pas tord ,c'est vrais qu'une amitiés tellement forte c' est tisser entre nous en si peu de temps , c'est impressionnant !
Ça y est ! Arnaud à lâcher sa pique, a moi de lui répondre ! Comme d’habitue, tout est si bien huiler! Quel bonheur! Ne pas réfléchir et avoir la place d’improviser avec lui, rire et partager ces moments intense sans penser à tout le reste !
Un bruit sec vient de se faire entendre dans la salle de spectacle , je veux me retourner pour chercher l'origine de ce bruit et lancer un sarcasme de mon cru a la personne mais une vive douleur me transperce soudainement le torse ,ma main se plaque automatiquement contre ma poitrine et se soulève jusqu'à mes yeux incrédule ,elle est couverte de sang !
Je cherche Arnaud du regard alors que dans le public la folie la emporter, du coin de l'œil je vois une bagarre mais mon attention se porte vers mon ami, tout à l'air de se passer au ralenti comme ci un petit pervers avait décidé de faire duré se moment éternellement, comme ci ma chute n'allait pas avoir de fin, Arnaud n'arrivera pas assez vite jusqu'à moi si il traîne comme ça ! Je sens mes genoux percuter la scène, la douleur se répercute dans tous mes membres ! Enfin des mains m'enlace et m'aide à m'allonger , je voit trouble , j'arrive à peine à distinguer le visage d'Arnaud , je croit voir ces lèvres bouger mais je suis comme sourd ,comme ci la douleur avais remplacer tout mes autres sens , les occultant complètement ,je sent qu'on appuis sur mon buste très fort  ,trop fort , j'ai du mal à respiré ! Ce vieux idiot veut m'achever ou quoi ? , j’ai envié d’hurler, de me dégager de cette prise qui rend la douleur encore pire ! Mais je ne vois plus que du noir ...un effrayant néant m’enveloppe, je ne ressens plus rien...mon corps a t'il décider de me lâcher ?
« Arnaud aide moi .... »
 
*****
point de vu d'Arnaud

Voilà 2 heures que j’attends dans cette salle au mur trop blanc qu’ils en deviennent suspects, les autres humoristes sont tous en train de discuter entre eux, cherchant un quelconque réconfort pour ne pas céder au tourment qui les oppresses, ils me laissent seul, ils ont bien raison ! Cyril a bien essayer de venir me parler, me réconforter mais je n'ai pas pus m'empêcher de l'envoyer bouler ! Après tout, qu'est qu'il y connaît lui en chirurgie cardiaque ? Comment peut-il venir et me dire que tout va bien se passer alors qu'il n'en sait pas plus que moi ! Qu'il reste à discuter avec son double en bonne santé et qu'il me foute la paix ! J'entame mon énième tour de la salle et ne peut m'empêcher de revoir ces images dans ma tête, le coup de feu, tout ce sang, son regard perdu, ce sentiment de me faire arracher une partit de moi même. Des larmes cherchent à percer mes paupières mais je les retiens ! Je ne pleurerai pas non! Il est vivant, les docteurs vont le soigner et dans 2 mois on sera de nouveau sur les planches au coté de baptise  !! Il n'a pas le choix, il ne va pas m’abandonner, c'est hors de question!
Tout ça à cause de moi ! À cause d'une phrase débile ! Comment peut-on prendre ça au sérieux, comment peut on tiré sur une personne si généreuse, si intelligente ! Je ne comprends pas ....
Un docteur arrive dans la pièce, enfin on va savoir, je me précipite a sa hauteur et le presse de question, j’entends a peine le "nous n'avons rien pus faire, il avait perdu trop de sang ...."  La fin est noyer part les exclamations des autres, NON c'est impossible !
Mon cœur se serre, ma vu se brouille, je n’entends plus les autres autour de moi, plus rien n’existe, je recule en chancelant, un seul mot tourne dans ma tête .... IMPOSSIBLE !non il ne m'a pas fait ça ?!! C'est faux ! Une main se pose sur mon épaule mais je la rejette, me retourne et part en courant dans les couloirs de l'hôpital vers la sortit
C'est impossible !!
 
****
Voilà un mois que Jeremy est mort , un mois que je ne sort plus de mon appartement en attendant qu'une chose ,le jugement de son assassin , j'ai tout prévu pour que le justice soit faite si les tribunaux déraille et ne le reconnaisse pas coupable !Jeremy sera venger ! J'en fais le serment !
Il me reste encore une heure à attendre avant d'aller au tribunal, j'ouvre un nouveau paquet de cigarette, j'en suis a 2 paquets par jours, moi qui ne fumait plus que la cigarette électronique je sais que c'est énorme, Jeremy n'aurai pas aimé ça c'est sur ! Il se sera moqué de moi en disant que je ressemblais a une cheminée puis il m'aurait demandé d'arrêté sous peine me casser la tête, tout ça avec son petit sourire d'ange démoniaque ! Je sais que j'aurai fondu et lui aurais obéi mais il n'est plus la, je ne révérer jamais son sourire, son visage, on ne parlera plus comme avant. Tout cela m'a été enlevé par cet homme et par ma propre faute.
 
45 min avant mon départ, je fais le tour de l'appartement pour m'occuper et essayer de me changer les idées mais chaque pièces est imprégner de la présence de mon ami, j’entends encore son rire qui court le long des murs du salon lorsque nous fessions des soirées avec les autres, je revoie encore nettement la fois ou totalement ivre Florent Peyre a voulu prouver que les histoires de jujitsu de Jeremy était du flan ! Le pauvre Florent a eu mal au bras toute la semaine et c'est pris une belle humiliation ! Nous étions tous éclater de rire même Flo !
En marchant dans le salon, j’ai senti sous mon pied un craquement sec, mon téléphone portable, il n’avait pas survécu à la première semaine, après l’enterrement, tout le monde à chercher à m’appeler, voulant me consoler, me comprendre, compatir ! mais surtout je n'ai pas supporter que la mère de Jeremy me dis que ce n'était pas ma faute ,que le mal était fait et que je ne pouvais rien y changer , qu'une vengeance n'arrangerait rien ! Mais pour qui elle se prend ? Jeremy n'aurais pas voulu que son assassin meurt ? Foutaise ! Si les rôles avaient été inversés, il agira comme moi ! J'en suis sur !
 
30 minute avant que je parte pour le tribunal, je range pour la énième fois le couteau de céramique dans ma poche, n'étant pas en métal il ne fera pas sonner le détecteur de métaux à l'entré du bâtiment ! Rien ne pourra m'arrêter !! Je sens le stresse monter mais c'est si différant de toutes les fois ou je suis monté sur scène, il se mêle à la colère, a la haine que j'éprouve pour cet homme qui ma pris tend de chose en un geste !
, Le temps semble enfin vouloir s’accélérer, plus que 15 minutes t'en pis je pars en avance ! Je n'en peux plus d'attendre !
 
****
J'ai réussi a passer , maintenant il faut attendre , Laurent Ruquier est assis un peu plus loin dans la salle du tribunal ,il me jette des coups d'œil inquiet comme les autres humoristes présent , un mois qu'ils ne m'ont pas vu malgré tout leurs efforts pour prendre contacte , j'avais du bien changer en si peu de temps ne me souvenant même pas de mon dernier repas , un des effet bénéfique de la cigarette !c'est un excellent coupe faim !
Le voilà ! L'assassin vient d'entrer dans la salle avec son avocat, ils discutent entre eux, ne jetant même pas un regard vers la salle ! Le plaidoyer de l'avocat tourne mal, il veut le faire passer pour fou ! Non c'est trop simple ! "Pas conscient de son acte " "irresponsable " "mentalement instable" je serre les poings, il va s'en sortir sans rien d'autre qu'une tape sur les doigts ??! Alors qu'il a tué la personne la plus précieuse au monde ! La salle murmure, ils n'en croient pas leurs oreilles, c'est injuste, il ne peut pas s'en tiré ainsi, c'est impossible ! Le juge fini part faire tomber sont verdicts "il sera interné pendant 3 ans et une révision du jugement sera fait à l'issu de ce délai "
Tout le monde ce lève, on crie à l'injustice ! Le juge essaye de ramener le calme sans succès, l'assassin souri en regardant la salle s'époumoner, je me lève d'un bon, lui effacer son sourire, lui arracher ces certitudes ! Le tuer ! Venger mon ami !ramené la justice que tout le monde réclame ! Je sens la lame pénétré son buste, se glissant entre ces cotes, je recommence mon mouvement une seconde fois, j’entame un troisième mouvement mais on me tire en arrière, je tombe au sol, le couteau m'est arracher des mains, je souffle enfin, j'ai fait justice ! Je baisse les yeux sur mes main du sang, tellement de sang , des larmes me brouille la vu , un flash , en un instant ce n'est plus le sang de l'assassin qui se trouve sur mes mains mais celui de mon seul ami , de mon double , mon complémentaire , tout est fini ils sont morts tout les deux , la culpabilité m'étouffe alors , c'est aussi de ma faute si Jeremy est mort, la bête est morte mais le venin est toujours la , ,je n'entend plus rien que des vague bruit autour de moi , je sent qu'on me secoue mais je n'arrive pas a décrocher mon regard de ce sang sur mes mains !je ferme les yeux et le noir d'encre remplace le rouge, j'ai la nausée ,je tombe  ,blackout complet
 
******
 
Le décors a changer , je ne suis  allonger sur un lit , la pièce autour est d'un blanc éclatant , une fenêtre étrangement haute domine la pièce à quelque centimètres seulement du toit , il n'y aucun autres meubles que le lit dans le pièce ,Hé pourquoi j'y suis attacher !!!  Je tire sur mes liens, je veux partir, retrouver Jeremy, il doit m'attendre ! Je crie et me débat de toute mes forces, j'appelle mon ami, il doit m’entendre, quelqu’un doit me libéré, je ne peux pas rester ici, Jerem´ va s'inquiéter !
"Aidez-moi !! Quelqu'un !! Pitié !!!! Jeremy aide moi…."
 FIN 
 
 
 
 .....................................................................................................................................................................................
 
Fin bonus : la fin  heureuse
Le décor à changer, je ne suis plus au tribunal mais allonger dans un lit au dessus de moi un visage me contemple avec effroi, une voix résonne dans la pièce
 
 " HO ma patate ! Tu veux me faire faire une crise cardiaque ou quoi? Ça va pas de crier comme ça en pleine nuit ??"
Je reste un instant  stupéfait, il est la devant moi ! C'est impossible, c'est fou! Je me redresse rapidement et le serre de toutes mes forces dans mes bras !la peur de le perdre était encore tellement présente, peur qu'il disparaisse, qu’il s'évapore sous mes doigts
"Hé Arnaud ça va ? " me demanda la voix charge d'inquiétude de mon ami
"Oui maintenant oui" murmurais-je les larmes au bort des yeux
Ce n'était qu'un rêve, un cauchemar rien de plus qu'un cauchemar ! 

~≈~≈~≈~≈~≈~≈~≈~≈~




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaina Black
Elève de 1ière année
avatar
Messages : 245
Nationnalité : Anglaise
Baguette : Chêne blanc ~ écaille de sirène
Age rpg : 11
MessageSujet: Re: La douleur d'une amitiés Jeu 12 Déc 2013 - 12:12

L’attente
Point de vu de Guillaume Sentou

Minuit …. 1 heure….. Depuis que j’ai reçus sa réponse par SMS je l’attends « j’arrive Guillaume !! », pourquoi mettais t’il  si longtemps ? Il sait que j’ai besoin de lui, alors pourquoi tard t’il tant ? Sans son soutient, son sourire, ces moments sont trop dure !je vais craquer c’est sur !
Je tourne en rond dans ce tout petit appartement que je hais plus que tout, je suis soule mais pas encore ivre, il me faut plus qu’une bouteille de vin pour me soulé au point de tout oublié mais je n’ai plus aucun alcool a la maison alors  je l’attends….

2 heures, je tremble des pieds a la tête, il n’est toujours pas la ! Je m’inquiète vraiment, et si la police l’avais arrêté ?et si il c’était fait shooter par un voiture ? Lui qui prenait tellement de risque avec sa moto, combien de fois lui est je dis de faire plus attention ? Ça seule réponse était toujours un haussement d’épaule et une petite phrase  « si c’est ce qu’il doit arriver…. » Comme si il chercha le destin, le provoquait ….. N’est pas ce que je fais aussi en quelque sorte ? un violent mal de tête m’envahie ,mes jambes cédèrent sous mon poids ,je tomba alors rudement sur le carrelage ,la douleur explose dans mes genoux ,je sent la crise arrivé , elle allait être forte si il ne venait pas rapidement !essayant de me relevé ,je reste a l’écoute de tout les bruits extérieurs qui me parvienne part la fenêtre ouverte ,espérant le vrombissement typique de la moto de Cyril qui me délivrerai de ce mal qui me ronge les entrailles !

Je les revois tout les autres  avec leurs sourires et leurs petites phrases «  comment tu fais pour être aussi speed Sentou ? Une vrai pile électrique ma parole ! » Et les messes basses dans son dos «  tu crois qu’il est drogué ou c’est naturel ? »  «  Cyril le laisserai pas ce droguer voyons il est tellement droit ce type ! » Si ils savaient !
Une colère sourde m’envahie, je les haïssais tous ! Eux et leurs bonheurs dégoulinant !pourquoi n’avais je pas le droit a tout ça moi aussi ! Je me mis a tapé sur tout ce qui ce trouvai a la porté de mon corps immobilisé, la table basse et se qui se trouvai sur son plateau volèrent a travers la pièce, la bouteille de vin partit s’écrasé dans l’écran de télévision coupant net la déblatération d’un quel qu’on que politicien, tous des menteurs de toute façons, il pouvait ce les garder ces mensonges ! Sa ne prenais plus avec moi !  « Les promesses n’engage que ceux qui les écoutent ! »
Les verts promettait de sauver la planète en un quinquennat, les gauchistes que nous serions enfin tous égaux devant la misère . Et la droite que la France retournerai enfin au français oubliant seulement  au passage que même pas un tiers de la population française est de pur souche ! Ils me donnent tous envie de gerbé ! Et l’autre qui n’arrive toujours pas !

2h30 un bruit dans la rue me fait sursauté, j’ai crut entendre une moto !je tends l’oreille mais plus rien…. J’ai froid … j’ai besoin de came et de Cyril ! J’ai tellement mal partout, le sang qui coule dans mes veines est aussi brulent que des torrents de laves, ma tête continu à me faire terriblement mal, comme ci chaque battement de mon cœur ce répercutai dans mon crane, mon corps ne veut qu’une chose, de la drogue ! Mon cœur ne veut qu’une chose, Cyril ! J’ai mal, tellement mal et il n’est toujours pas la !
3h enfin le voila ! J’en suis sur j’ai entendu ça moto s’arrêté ,c’est sur cette fois ! Je n’arrive même plus à bouger, tout mes muscles se contractes si fort, je sens le gout métallique dans ma bouche, j’ai du me mordre a cause des convulsions, un voile blanc me brouille la vu, dépêche toi  Cyril ! Je craque, cette douleur me rend fou ! Une porte s’ouvre violemment, des mains me touchent, je me sens vaguement soulevé puis déposé sur quelque chose de mou, je serre mes mains sur le tee shirt de mon meilleur ami ! Il est la !il est enfin arrivé, j’ai eu si peur qu’il ne m’abandonne comme les autres
-Me laisse pas Cyril, ne m’abandonne pas, j’ai besoin de toi, si te plait… murmura je en boucle dans un demis coma
-Je suis la, je t’abandonne pas, ne t’inquiète pas, je serai toujours la !me rassura mon ami en soulevant la manche de mon tee shirt afin de m’injecté la merde qui me tenais en vie
Car la était le vrai problème sans drogue j’étais suicidaire comme le prouvais les quelques fines cicatrice qui marquai mon poignet et encore ce n’était que mes rares tentative visible, je ne compte même plus le nombre de fois ou Cyril m’avais trouvé inconscient après avoir mélangé médicament a haute dose et alcool ! C’est la raison pour laquelle il ne voulait plus que j’ai d’alcool fort ou en quantité dans mon appart ‘, avec la drogue mon corps était  totalement dépendant,  je suis accro a cette merde !
Mon ami était la seul constante, quoi qu’il arrive je devais le voir, le sentir, être prêt de lui, il était mon calmant, la drogue de mon cœur….

Point de vu de Cyril Garnier

Lorsque j’ai reçus le SMS de Guillaume mon sang n’a fait qu’un tour « Cyril je suis en manque , Vient vite j’ai plus rien ! » j’ai aussitôt pris ma moto et la trousse «  d’urgence » comme il l’appelai et suis partit vers son appart ‘ il fallait travers toute la ville pour le rejoindre , se qui me laissai le temps comme a chaque fois de penser a ce présent qui nous pesait a tout les deux .

Depuis plusieurs années, déjà mon ami se droguai ,j’ai essayer de le faire décrocher bien évidement , on n’était partit s’isoler dans la maison de campagne que j’avais loué , on était resté un mois complet loin de cette merde qui lui pollue la tête et le sang , mais très vite on c’est rendu compte que ce n’était pas gérable, une fois sevré , mon Small n’était plus que l’ombre de lui-même , fini le joyeux compagnon qui propose toujours des millions d’idée a la seconde , qui pousse notre duo vers l’avant quitte a me bousculer un peu ,car parfois c’est nécessaire ! Une fois libre de la drogue, il était devenu amorphe, refusant le moindre effort, il trouvait la vie horrible, il se trouvait sale et totalement inutile sur terre ! Quand il a commencé à parler de suicide, j’ai commencé à avoir vraiment peur pour lui, j’ai pris contacte avec un psy sans que Guillaume le sache et lui est demandé conseille, je me souviendrai toujours de se qu’il ma répondu
«  Monsieur Garnier j’ai peur que vous n’ayez pas beaucoup de solution devant vous, pour guérir complètement vous devez le faire interné dans un centre de désintoxication, voyez vous il c’est habitué a la vie avec la drogue, pour lui c’est devenu son mode de vie normal, comme lorsque vous prenez une aspirine pour calmé un mal de crane et bien lui c’est pareil ! Vous comprenez ? je craint que vous n’ayez que deux possibilités , la première le faire interné , se qui implique de coupé les ponts avec tout le monde et surtout le monde du showbiz pendant minimum un ans voir beaucoup plus , la deuxième solutions c’est de prendre le rôle du dealer , c’est vous qui géré quand ou et en quel quantité il prend sa drogue , vous pourrez ainsi toujours savoir ou il en ai de sa consommation, ce n’est pas légal et je ne devrai pas vous proposez ce genre de choses mais ce sont les deux seuls solution malheureusement  , vous m’en voyez navré … »
J’ai maudit Guillaume, je le maudit encore de m’avoir obligé à faire un choix . Dans les deux cas je le détruirai, c’était sur ! Le privé de sa drogue revenait à le priver de moi, de la scène, de sa famille, de notre amitié …. C’était ou ça ou devenir son dealer ……

 Je ne pouvais pas prendre se genre de décisions seul , alors je l’ai tiré de son lit contre sa volonté ,je l’ai assis a une table avec un café et je suis l’expliqué la situation ,il était clean et comprenait parfaitement se que je lui disait, je croit que c’est a se moment la qu’il a vraiment compris se qu’il m’imposait , il c’est mis a pleuré quand il a compris que la desintox imposai de rompre avec tout se qu’il aimai dans la vie ,y compris moi ! J’ai essaye de lui dire que, je serai présent que j’irai le voir tout les jours et que je le laisserai jamais tombé mais rien n’y a fait. Il a pété un câble, je ne l’avais jamais vu comme ça, Guillaume c’est mis a hurlé, a exploser tout se qu’il lui passa sous la main !avant de s’enfermé dans la salle de bain.
Il m’a fait peur pour la première fois en 26 ans ! je ne savait plus quoi faire, je n’avais jamais eu peur de lui ni pour lui a ce point !je me suis laissé tombé contre la porte de la salle de bain et je n’ai cessé de lui parler ,essayant de le rassurer , lui répétant que le mieux c’était la désintox même si c’était difficile , que je serai toujours la pour lui ,que notre amitié ne s’arrêterai pas a cause de son problème  c’est a se moment la qu’il a fait ça première tentative de suicide …  je l’ai entendu ces pleurent percé entre mes paroles pendant de nombreuses minutes puis plus rien…. Un grand silence c’est installé dans la petite pièce, j’ai eu un mauvais pressentiment alors j’ai défoncé la porte a coup d’épaule et se que j’ai vu me hantera tout le reste de ma vie !
Il c’était couché dans la baignoire vide et c’était tailler les veines  ,je n’oublierai jamais son regard quand il m’a vu planté dans l’ouverture de la pièce ,les yeux baigner de larmes , je lui est enroulé les poignet dans des serviettes et les emmenés au urgence en voiture ,durant tout le trajet en larme, il n’a cessé de répété a quel point il était désolé ,qui ne pourrai jamais se passé de drogue car le « vrai » lui n’était pas la personne qu’il voulais être ,il ne voulais pas me perdre ,ni quitté la scène qui était sa vie et surtout qu’il ne voulais pas aller en centre !

Aux l’urgences, le médecin m’a posé quelques questions que j’ai éludés le plus possible, une fois soigner j’ai réussi a embarqué Guillaume et on n’a fuit les médecins qui posai trop de question.
Inconsciemment on avait déjà pris notre décision même si on ne l’avait pas encore exprimé a haute voix, j’aurai pus le laissé aux mains de docteur, il l’aurait interné contre sa volonté mais il aurait décroché de grés ou de force mais m’en aurai voulu tout les restes de sa vie, alors fini le duo et fini notre amitié, j’aurai été seul …. J’ai été égoïste, me cachant derrière le besoin maladif de Guillaume, je sais que j’ai été faible, je sais que j’aurai du plus insisté, le faire interné de force pour qu’il se soigne mais je l’aurai perdu et sa je crois que je ne l’aurai pas supporté

L’idée de me retrouvé seul sans mon Small sans notre complicité si précieuse qui me soutient depuis si longtemps, c’est lui ma locomotive, il me pousse a avancé malgré toutes les défaites qu’on n’a subit, il est mon complément, mon meilleur ami, mon frère ! Et si je dois devenir son fournisseur pour le garé a mes cotes telle qu’il a été durant toutes ces années alors oui, j’accepte ! Même si sa implique de me faire réveiller par des SMS désespéré a minuit, de l’affronté lorsqu’il est en crise de manque t’en pis …. Je ne veux pas le perdre, même si c’est égoïste !
Sans m’en rendre compte j’avais pris le chemin le plus long pour le rejoindre, perdu dans mes pensés, ce qui me pris le double du temps nécessaire, je n’osa même pas imaginer dans quel état Guillaume devait ce trouvé, sans même m’en rendre compte j’accéléra et slaloma entre les rares voitures j’en frôla de très peu quelque une, m’éloignant sans ralentir sous les insultes des conducteurs.
J’arriva enfin chez Guillaume  après 2h30 de route ! 2h30…. Passer tellement  vite pour moi et sans doute un enfer pour lui, je pousse la porte de l’appart et le trouve la, telle que je l’avais imaginé convulsant, les yeux dans le vague, il c’était mordu encore une fois, un fin filai de sang coulai le long de son menton, il me demanda de ne plus le quitté, de resté avec lui ! Comme ci je pouvais me libéré de l’apprise qu’il avait sur ma vie ? Le laissé tombé ? Ça m’était impossible, j’avais autant besoin de lui que lui de moi.
Je le pris dans mes bras, l’allongea sur son lit et lui administra une dose de ce poison qui le fessait vivre en le tuant a petit feu …. Comme a chaque fois ces membres ce calmèrent rapidement et il s’endormi en tenant mon tee shirt serré dans ces mains, je pris un mouchoir que j’avais dans la poche et essuya la trainé de sang sur son menton, et lui passa une main dans les cheveux qui lui collait au front, la fièvre avais mouillé son visage si serein en temps normal
-Je ne t’abandonnerai jamais Guillaume, nous sommes deux dans ce navire qui coule et je resterai jusqu’au naufrage.  Lui murmurai je a l’oreille  conscient qu’il ne pouvait pas m’entendre a travers sa brume
Je le serra contre moi et le berça doucement toute le reste de la nuit …

~≈~≈~≈~≈~≈~≈~≈~≈~




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La douleur d'une amitiés

Revenir en haut Aller en bas

La douleur d'une amitiés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Potter-Magie :: Château :: Bibliothèque :: Manuscrits-
Sauter vers: